Taxis marocains

Publié le par charlotte

Au Maroc, le monde des taxis se divise en trois catégories.
Les petits taxis (ceux contre lesquels les guides touristiques vous mettent bêtement en garde – d’abord, leur compteur est allumé, ensuite, dans le pire des cas, s’ils vous font visiter la ville, vous vous en tirez pour… Quinze dirhams ? A peine un euro cinquante…) qui sont, selon les villes, de différentes couleurs : ceux de Meknès sont bleus (Alexis.. à Casa … ? )
Ensuite, il y a les grands taxis. Quand je suis à Meknès, je les prends deux fois par jour, un pour aller à Boufakrane, un pour en revenir. Les grands taxis sont des Mercédès bleues ou gris-vert, à différents stades de décomposition, dans lesquels on s’engouffre par grappe de six personnes, parfois avec grande courtoisie, parfois – comme aujourd’hui – dans une bousculade où il faut montrer les griffes pour avoir une place (attention, les mamas sont les pires). On se tasse, donc – sept personnes en comptant le chauffeur – et commence le ballet des odeurs. Pour une accro à Lush (Vanille Fizz, mon amour, Babylon, mon loulou… oui, c’est un emprunt à Desproges, et alors ?), ça fait tout drôle. Parfois, il y a des gens très propres, qui sentent le parfum, l’after-shave et tout va bien. Parfois, ce sont des gars qui travaillent dans la campagne, ils fleurent plutôt le bétail et les champs ; parfois, c’est plus… exotique… Enfin, le terme n’est peut-être pas très bien choisi quand il s’agit d’exhalaisons délétères nées de derrières sans gêne ou de relents de vielle pisse. Mais le trajet – vingt km au bas mot – ne coûte que cinq dirhams, et franchement, malgré tous les inconvénients mineurs que cela peut présenter, les grands taxis, ça m’éclate. A savoir que les grands taxis peuvent également prendre des passagers seuls(ils payent pour six) ou pour de grands trajets… sans arnaque, arrêtons la paranoïa.
Et donc, les troisièmes taxis, dits « faux taxis » ou « voleurs de place » (j’ai oublié le terme en dialectal) qui pour une somme un peu plus importante – vingt à quarante dirhams selon la distance – vous emmènent d’un endroit à un autre… quand les taxis « officiels » n’y vont pas.
Ce soir, en rentrant… j’ai quand même pris une douche. Lush, bien sûr (Ramène ta fraise… un délice !)

Publié dans charlottebousquet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fablyrr 28/01/2010 21:57


ah oui, en fait c'est comme dans le métro, mais avec moins de monde et en moins cher. Par contre tu vois plus de paysage et t'as ppas les odeurs de la campagne


Alexis, de Casa 28/01/2010 15:27


Alors pour l'édification des lecteurs, à Casablanca le petit taxi se porte rouge, comme on peut le voir sur la fig.1 ou sur la fig.2.
Par contrevanche, on ne voit pas du tout sur la fig.3 que le grand taxi s'y porte blanc, tel Moby
Dick, mais on le voit mieux sur la fig.4…
Vous pouvez cliquer sur les fig.s, rien à craindre, elles sont pas mures.


charlotte 28/01/2010 21:20


merci, Alexis!! (et non, je ne passe pas à casa, sinon c'eut été avec plaisir!)