Décalages

Publié le par Charlotte Bousquet

Je suis en pleine lecture de Paul des Epinettes et moi (sur la maladie et la mort en prison), de Jann-Marc Rouillan, l'un des plus vieux prisonniers politiques français. Terrible parce que décrivant, plus qu'un milieu carcéral"dur" avec viols dans les douches et autres, la manière dont les prisonniers sont niés par le monde, niés dans leur humanité, piégés par un système carcéral et politique (et médiatique) qui dresse une frontière entre "eux" et "nous", qui les préfère éteints, et en silence de préférence et cherche à briser les liens qui peuvent se créer entre eux. Paradoxalement très vivant, souvent drôle, et surtout, surtout profondément humain.

 

http://divergences.be/local/cache-vignettes/L154xH250/couv_2169-9641d.jpg

 

Le Blond (un ami de Rouillan, co-détenu) :

-Depuis que je suis revenu, j'ai pris conscience de deux choses : la première, c'est l'importance de notre solidarité. Et son humanité. Dehors, on trouva pas ça. Ou alors pas à un tel degré.

-[...] et alors, la deuxième chose ?

- Oui. Quand je nous vois ensemble dans une cour de promenade, vingt ans après, je me dis, quoi qu'on en dise, qu'on les a traversés sans perdre notre dignité.

 

Hier, j'ai assisté  (réunion annuelle) à un déballage de mesquinerie assez hallucinant, dont une scénance de révision de comptes qui a duré plus d'une heure - juste pour emmerder le monde, montrer "je suis là et j'ai le pouvoir de vous rendre dingues et j'en profite" - et un appel à la délation, sans compter les récriminations contre le gardien, cachant à peine le racisme sous-jacent à ces plaintes.

 

Le décalage est là.

 

decal.png

Publié dans charlottebousquet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fablyrr 29/04/2010 12:37



peut être.....



charlotte 29/04/2010 11:50



Tu me le prêteras ?



fablyrr 29/04/2010 11:13



oui un grand moment de mesquinerie humaine.


POur la prison je suis dans Pavillon9 recueil de nouvelles brésilien qui est pas mal aussi.